Les paralogismes d'un point de vue sociologique

Alban BOUVIER
1995 Hermès  
LES PARALOGISMES D'UN POINT DE VUE SOCIOLOGIQUE Pareto écrit dans un passage célèbre du Traité de sociologie générale : « La logique cherche pourquoi un raisonnement est erroné, la sociologie pourquoi il obtient un consentement fréquent 1 ». Le contexte immédiat du passage montre que c'est plus particulièrement au Système de logique de Mill, qui comporte un livre (Tome II, Livre V) sur les sophismes («fallacies »), que Pareto pensait. C'est à évaluer la signification de cet aphorisme
more » ... phorisme programmatique et la portée de cette référence de Pareto à Mill que sera consacré cet article. Différentes recherches se développent en effet actuellement sur les erreurs de raisonnement ou les paralogismes (nous prendrons provisoirement comme synonymes ces deux expressions ainsi que celle de sophisme), tant du côté de la psychologie cognitive et des théories de l'argumentation que de la sociologie. Ainsi, en psychologie cognitive, Tversky et Kahneman ont inauguré un nouveau champ de recherches que poursuivent des auteurs comme Nisbett et Ross (1980) 2 . En théorie de l'argumentation, l'ouvrage de Hamblin, Fallacies (1970), a eu un rôle fondateur et il inspire des logiciens et philosophes comme Woods et Walton 3 qui s'inscrivent, même si c'est de façon critique, dans sa continuité. Enfin, en sciences sociales, des auteurs comme R. Boudon et J. Elster se réfèrent explicitement à tout ou partie des travaux précédents en les réinterprétant du point de vue des problèmes sociologiques 4 . Pourtant les liens entre ces différentes recherches sont encore parfois assez ténus et certaines affinités restées plus ou moins implicites dans les travaux précédents peuvent être davantage mises en évidence. Notre hypothèse est que le couple théorique Mill-Pareto fournit HERMÈS 16, 1995
doi:10.4267/2042/15181 fatcat:42s5b653ojcyjfhnc3onny2isi