Faire reconnaître une parentalité non statutaire : l'investissement des espaces privés et des espaces publics

Élodie Regnoult
2013 Dialogue  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 18/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 18/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Faire reconnaître une parentalité non statutaire : l'investissement des espaces privés et des espaces publics ÉLODIE REGNOULT DIALOGUE -Recherches sur le couple et la famille -2013, 4 e trimestre Et aussi... RÉSUMÉ Dans une société française où les formes familiales se multiplient dans une approche individualisée, certains parents ne sont pas reconnus comme tels par la loi (dans les familles recomposées ou les familles homoparentales, par exemple). Néanmoins, ces parents non statutaires cherchent à se faire reconnaître auprès de leur entourage et de la société à travers diverses stratégies. Les espaces sociaux (espace de vie commune, espace scolaire, espace médical) peuvent alors servir d'appui à cette reconnaissance. Analysant un matériau constitué d'une dizaine d'entretiens compréhensifs, l'auteur montre que ces espaces privés et publics peuvent être le cadre de pratiques reconnues comme parentales et, par là, être mobilisés dans le discours comme lieux d'exercice légitimes et légitimants d'une relation de parentalité.
doi:10.3917/dia.202.0065 fatcat:vm5exfv3frgljgluqyfd5rqeke