Paysage sonore et pratiques de field recording, Le rapport de la création électroacoustique à l'environnement naturel

Pauline Nadrigny
unpublished
Le terme de paysage sonore, en anglais soundscape, est assez familier et a gagné en popularité, depuis sa création dans les années 70, au-delà du champ musical. Du fait même de cette popularité, cette notion se voit souvent réduite à sa stricte définition, sans prise en compte des implications problématiques qui la sous-tendent. L'une de ces implications consiste en un certain rapport à la nature, plus précisément, au son naturel. En effet, les théories du paysage sonore ont contribué, et c'est
more » ... contribué, et c'est là une de leurs conséquences les plus importantes, à une prise en compte écologique de la perception sonore. L'élaboration de cette notion est, de fait, inséparable d'une réflexion sur la pollution sonore à l'heure post-industrielle, au combat pour la préservation d'une perception sonore agréable, certes, mais d'abord non nocive, et à une prise en compte qualitative des seuils limitatifs. Cette seule considération serait cependant réductrice. Connexe au souci de protection, parfois relativement indépendante de ce dernier, se constitue également une approche artistique. Le field recording, traduit en français par l'expression générale de prise de son, d'abord simple moyen technique de fixer dans des enregistrements des paysages sonores, devient le medium d'un mouvement esthétique, plus ou moins lié à l'écologie sonore. Le but de cette étude est une analyse de ce mouvement artistique, qui se développe depuis les années 70 mais trouve depuis une dizaine d'années un nouvel essor par des prolongements critiques. C'est que le field recording, comme pratique musicale, trouve de nombreuses expressions, diversité qui ne peut se comprendre que si l'on étudie, à la source, les conditions d'émergence de la notion de paysage sonore. Nous espérons en cela que cette étude permettra de se déprendre du préjugé qui lie souvent électroacoustique et conception new age de la nature, et limite la prise en compte de la nature par les mouvements musicaux électroacoustiques à un retour à une sonorité naturelle de l'origine (sons de baleines, bruits de cascades...) dans une perspective parfois médicinale. Le field recording, dès son utilisation dans le cadre des théories du soundscape, et dans sa réalité contemporaine, illustre un rapport subtil, et nullement naïf à la notion de nature. Qu'est-ce qu'un paysage sonore ? Avant de décrire les conditions d'émergence de cette notion devenue fameuse, quelques mots sur le passage du paysage visuel au paysage sonore, en anglais du landscape au soundscape. On peut se demander s'il est anodin de convoquer une notion généralement liée au 1
fatcat:aty5fqhehjgjnor2cundfmiby4