Sentinelles leurrées et « signaux coûteux »

Frédéric Keck
2013 Cahiers d'anthropologie sociale  
Distribution électronique Cairn.info pour Éditions de l'Herne. © Éditions de l'Herne. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est
more » ... terdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Ornithologie L'anglais distingue deux usages du terme «leurre» : lure et decoy. Le lure imite un objet de désir afin d'attirer (to lure). Ainsi, en fauconnerie, un morceau de viande attaché à des plumes est utilisé pour rappeler l'oiseau de proie. La chasse et la pêche multiplient de tels dispositifs de capture. Le decoy simule une attaque pour prendre au piège (coy signifie une cage en vieil anglais). Il vise à tromper l'ennemi dans un contexte de guerre, par exemple en exposant un faux tank pour repérer ses bases de missiles. Alors que le lure est plus proche des comportements animaux, le decoy suppose des intentions, ce qui le rapproche de la feintise (Schaeffer, 1999 : 64). On peut pourtant se demander s'il y aurait des leurres de type decoy dans la nature. Par-delà l'opposition entre la chasse et la guerre, est-il concevable d'attribuer aux non-humains des comportements d'alerte qui peuvent être leurrés ? En Angleterre, on peut encore visiter quatre « duck decoys », qui constituèrent pendant longtemps un élément familier du paysage rural. Il s'agit d'un bassin rectiligne au-dessus duquel une structure en bois est recouverte d'un filet. Un chienréel ou figuré -est posté au bout de ce bassin, et les canards s'engouffrent dans le corridor en allant dans sa direction. Ce dispositif a longtemps permis aux chasseurs anglais d'obtenir de la viande de canard sans y introduire de flèches ou de balles de fusil. Il est aujourd'hui utilisé par les ornithologues pour attraper des canards en vue de les baguer puis de les relâcher. Une telle technique est surprenante parce qu'elle repose sur un comportement contre-intuitif des canards. Lorsqu'ils perçoivent un prédateur, ces palmipèdes avancent en rang vers lui afin de l'effrayer. Au lieu de supposer un besoin ou un désir comme le lure, le decoy attribue des comportements d'alerte qu'il détourne à des fins de prédation. Le canard est leurré dans son intention d'effrayer le chien
doi:10.3917/cas.009.0121 fatcat:s3f3dfip6jbw3hcc5pckacpcai