Il ne me faut plus nule rien. Changement sémantique, métataxe et réanalyse

Peter Koch
2003 Syntaxe et sémantique  
Distribution électronique Cairn.info pour Presses universitaires de Caen. © Presses universitaires de Caen. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque
more » ... et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Summary : Peter Koch's starting point is the observation of a spectacular linguistic change in the field of verbs, i.e., the passage from Old French (OF) falir « to lack, to miss » (e.g. ci ne faillent li baing ) to Modern French (MF) falloir « to be needed » (e.g. il me faut de l'argent ). From a point of view which is valential and typological as well as cognitive he reconstructs in detail the metataxis which occurred on the syntactic level (syntactic floating, subject > DO depersonalization) as well as the metonymic change which took place at the level of lexical meaning. The notion of « reanalysis » has proved to be very useful in the understanding of the forces which directed this change -provided that it is assumed that reanalysis has a semantic-pragmatic basis. Koch finishes the study by discussing the phenomena described in the broader context of the syntactic tendencies of MF. This contribution shows the importance of the distinction between the syntactic, semantic-propositional and informative levels and their interaction. 1. Je remercie Marie Rose Schoppmann de la révision stylistique du présent article. 2. Dans ce qui suit, je me sers des abréviations suivantes pour noter les catégories d'actants et de circonstants : S = sujet ; COD = complément d'objet direct ; COI = complément d'objet indirect ; COO = complément d'objet oblique (accompagné d'un indice pour le cas ou la préposition : COO abl , COO de , etc.) ; CLoc = complément locatif ; CC = complément « circonstant » (de mode, de lieu, de temps, etc.). -68 -de passage entre différentes catégories d'actants, cela paraît se produire plutôt à l'intérieur de la zone « objectale » : ( 2 a -français moderne) Les ouvriers ont chargé la péniche COD de charbon COO de . ( 2 b -français moderne) Les ouvriers ont chargé du charbon COD sur la péniche C Loc . ( 3 a -français moderne) Parler de problèmes COO de politiques. ( 3 b -français moderne) Parler politiqueCC 4 . ( 4 a -ancien français) Li torel s'em partoient a tant [...] Et quant il revenoient, si en falloient li plusor S . < ... il en manquait la plupart > La Queste del Saint Graal , p. 149 , 24 -25 ( 4 b -français moderne) Il nous faut de l'argent COD . En ancien français, le verbe falir ( faloir ), qui signifiait « manquer », était accompagné d'un actant sujet exprimant le phénomène qui manque. En français moderne, par contre, falloir , qui signifie désormais « être l'objet d'un besoin », est accompagné d'un COD exprimant le phénomène dont il est besoin 5 . Scénarios conceptuels et impersonnel Le verbe est une partie du discours particulièrement apte à verbaliser des scénarios qui correspondent à notre conceptualisation ou perception d'états de choses 6 . On peut représenter la structure conceptuelle d'un tel scénario comme ceci :
doi:10.3917/ss.004.0067 fatcat:g4uuvxjnojapzj2hvwnmzo74p4