Bulletin d'anthropologie théologique

Jean-Baptiste Lecuit
2016 Recherches de Science Religieuse  
Distribution électronique Cairn.info pour Centre Sèvres. © Centre Sèvres. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite
more » ... accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Centre Sèvres | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Centre Sèvres | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) RSR 104/4 (2016) 605-629 Le premier bulletin d'anthropologie théologique s'était ouvert par une présentation de la discipline et de ses subdivisions, suivie d'une recension spécialement approfondie de la Theologische Anthropologie de Thomas Pröpper (2011). Il s'était conclu par un questionnement sur la future réception de cette oeuvre monumentale. Puisque plusieurs ouvrages recensés dans ce second bulletin y contribuent, le lecteur est invité à se reporter à ladite recension (RSR 101/2 [2013]) et à l'article sur « Grâce et liberté » (RSR 102/1 [2014]) dans lequel elle a été complétée. Dans les pages qui suivent, il sera fait plusieurs fois référence à l'ontologie structurale que, sous autant de variantes, trois philosophes ont élaborée dans les dernières décennies, en opposition déclarée à l'ontologie classique de la substance. Ces réflexions, quoique pénétrantes, créatives et particulièrement propices au renouvellement de la pensée métaphysique en théologie, sont peu connues en France. En voici donc une évocation synthétique. Elles furent proposées successivement par le grand philosophe espagnol Xavier Zubiri (Sobre el hombre, 1986 [trad. : L'homme, sa réalité et ses structures et L'homme sa genèse et sa durée, 2011] ; Estructura dinámica de la realidad, 1989 [Structure dynamique de la réalité, 2008]), par le philosophe allemand Heinrich Rombach (Strukturongologie, 1971 ; Strukturanthropologie¸1987 ; Der Ursprung, 1994) et par son compatriote Lorenz B. Puntel, malheureusement aussi ignoré en France qu'il est mondialement reconnu (Struktur und Sein, 2006 [Structure and Being, 2008] ; La philosophie comme discours systématique, 2015). Quoique ces auteurs aient travaillé parallèlement, sans se référer les uns aux autres, et malgré de notables différences d'approche, ils ont en commun, outre leur solide formation théologique, de rejeter l'ontologie de la substance héritée d'Aristote, au profit de la thèse selon laquelle les êtres sont à concevoir comme des structures. À l'ontologie substantialiste, ils reprochent notamment son peu d'aptitude à rendre compte du changement, et l'indétermination que comporte la substance considérée indépendamment de ses Bulletin BuLLeTiN D'aNTHrOPOLOGie THÉOLOGiQue par Jean-Baptiste lecuiT Université catholique de Lille -Faculté de théologie J.-B. Lecuit accidents (Zubiri, Structure dynamique..., 31s ; Rombach, Der Urspung, 36 ; Puntel, La philosophie..., 110s). L'ontologie structurale est également beaucoup mieux compatible avec les données de la physique et de la biologie. Pour Zubiri, la réalité est composée de structures donc chacune est une unité dynamique de « notes » (physico-chimiques ou psychiques, par exemple) renvoyant les unes et autres et organisées de façon plus ou moins complexe (L'homme, sa réalité..., 33s). Selon Rombach, la structure, à la différence de la substance ou du système, désigne l'être intrinsèquement relationnel, dont le type même est l'être humain et, du point de vue théologique, la Trinité. La structure est la « texture de moments particuliers qui ne peuvent être efficaces qu'ensemble et comme un tout » (Der Ursprung, 44). Elle diffère de la substance par sa relationalité interne et constitutive. Elle est plus que la somme des éléments, de ses moments, lesquels sont déterminés par leur appartenance à la structure. Elle n'est pas statique, mais dynamique. Elle est en advenant, par autogenèse, impliquant subjectivité, liberté, responsabilité. L'homme n'est pas simplement en relation, structuré par ses relations avec l'entourage, il est en lui-même, comme tout vivant, mais d'une manière spécifique, structure de relations dans une dynamique d'auto-organisation. Avec Puntel, c'est « le concept d'une configuration de structures premières ontologiques simples et/ ou complexes, qui prend la place de la substance (La philosophie comme discours systématique, 127). Les « faits premiers » (Primärtatsachen) les plus élémentaires entrant dans la configuration des structures complexes sont eux-mêmes structurés, dans la mesure où ils sont déterminés et constitués comme réseaux de relations et de fonctions (Struktur und Sein, 280). Si les théologiens Juan L. Ruiz de la Peña et surtout Alexandre Ganoczy se sont déjà référés à de telles ontologies structurales (celles de Zubiri et de Rombach, respectivement), la pensée de Puntel reste à ma connaissance inexploitée en théologie. Beaucoup reste donc à faire pour penser théologiquement l'être humain avec les outils d'une ontologie structurale, qui représente une excellente alternative à la théorie hylémorphique lorsqu'il s'agit d'éviter le Charybde du matérialisme et le Scylla du dualisme de l'âme et du corps. Signalons que, sans se référer à aucun de ces trois philosophes, Jürgen Moltmann (suivi en cela par Remenyi, cf. infra n° 12), a déjà fait un essai en ce sens. Reliant la structure (ou « forme », Gestalt) humaine, pensée comme totalité irréductible à la somme de ses parties, à la structure périchorétique du Dieu Trinité (Dieu dans la création, 330), il affirme que « la structure (Gestalt) humaine, dans laquelle le corps et l'âme ont trouvé un accord, est une structure (Gestalt) imprégnée par l'Esprit créateur : l'homme est une structure spirituelle (Geist-Gestalt) » (Ibid., 334s). Aux ouvrages qui vont maintenant être présentés, il faut ajouter celui qu'Emmanuel Durand vient de publier (L'être humain, divin appel. Anthropologie et création, Cogitatio Fidei, 2016, Cerf, Paris, 259 p.), alors que le présent bulletin était déjà sous presse. C'est seulement dans le prochain que pourra être recensé ce bel essai consacré à la singularité humaine en relations, à la lumière de la création pensée comme prédilection universalisée et appel singularisant.
doi:10.3917/rsr.164.0605 fatcat:cki2cjlg7zacrlepi774acbmuu