« Un spécialiste universel comme toi » Le particulier et le général dans les lettres de Freud à Wilhelm Fliess

Mai Wegener
2007 Essaim  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 17/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) « Un spécialiste universel comme toi 1 » Le particulier et le général dans les lettres de Freud à Wilhelm Fliess Mai Wegener Qu'est-ce qu'une lettre ? Une lettre est un document écrit, adressé à un destinataire. Cette forme détermine l'écriture. Celle-ci se caractérise par une grande proximité avec l'oral. Avant tout, l'acte d'adresser a un effet rétroactif sur celui qui écrit, il écrit son texte en direction d'un Autre, d'une adresse et il signe son écrit -se manifestant ainsi autrement comme sujet. La lettre est un média du particulier. Cela vaut de la lettre d'amour jusqu'à ladite « lettre ouverte », que l'on signe également de son nom. Les lettres de Freud à Fliess ne sont pas des lettres ouvertes. Ce sont les documents d'une amitié intime, la seule (et la dernière) des grandes amitiés de Freud, dans laquelle le tutoiement est d'usage. Si l'on prend -comme j'entends le faire -le mot amour dans un sens large, il s'agit sans hésiter de lettres d'amour. Cette désignation soutient, à mon avis, un examen plus précis. « Très cher ami » (Liebster Freund) est la formule la plus fréquente de Freud pour s'adresser à Fliess ; on trouve également « Cher Wilhelm » (Lieber Wilhelm) ou encore, plus bref et plus intense : « Mon cher » (Mein Teurer) ou « Très cher » (Liebster) 2 . Le matin qui suit le rêve de l'injection faite à Irma, en juillet 1895, Freud appelle son ami
doi:10.3917/ess.019.0071 fatcat:g5kdssn7svgvpe5qwdq7jqfg6u