Cachez-moi ce genre que je ne saurais voir?

Brigitte Bouquet
2007 Empan  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 12/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 12/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Cachez-moi ce genre que je ne saurais voir... Brigitte Bouquet Les études de genres, pratique courante dans les pays nordiques, mettent à jour les différences de traitement dont font l'objet hommes et femmes, et cela dans n'importe quel domaine (famille, école, travail, santé, protection sociale, tâches domestiques, loisirs, vie publique, etc.). Plutôt que d'opposer hommes et femmes, elles mettent en exergue la construction sociale de la différence des sexes et montrent les attributs psychologiques, les activités, les rôles et statuts sociaux culturellement assignés aux hommes et aux femmes. Même si les analyses en termes de genre sont maintenant critiquées, elles ont le mérite de rompre avec l'idée qu'il convient d'appréhender les hommes et les femmes comme des sujets « neutres » d'un point de vue sexué. Assistons-nous à cette même répartition du genre et aux mêmes clivages dans le travail social ? Quelle réalité démographique, historique, sociologique du genre et des stéréotypes de genre dans le secteur social ? C'est pour répondre à ces questions que seront donnés ici quelques éléments de réflexion. Un constat : une féminisation générale du travail social
doi:10.3917/empa.065.0018 fatcat:qsbcg2o3enh37cbmod6mlcqkfy