Comment le texte touche le corps

Élise Vandeninden
2010 Études littéraires  
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : info@erudit.org Article « Comment le texte touche le corps » Élise Vandeninden Études littéraires, vol. 41, n° 2, 2010, p. 81-88. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/045161ar Note : les règles d'écriture des références
more » ... férences bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/ Document téléchargé le 13 février 2017 10:35 cccccccccc comment le texte touche le corps élise vandeninden Désir, plaisir et jouissance : les réponses du corps au texte dans l'oeuvre de Roland Barthes dans un premier temps, il faut se demander comment, à travers le texte, peuvent se rencontrer les corps de l'auteur et du lecteur tout en envisageant les différentes façons dont ils se « touchent » l'un l'autre. Désir, plaisir et jouissance sont, pour roland Barthes, autant de réponses du corps au texte ; ce sont ces trois modalités qu'il va s'agir de définir à présent. Désir et plaisir Si la pensée de roland Barthes s'est imposée comme point de départ d'une réception sensorielle, c'est parce qu'il a défini le texte comme un « espace de séduction » dans lequel l'auteur et le lecteur se cherchent, se « draguent 1 » ; c'est dans le livre que leurs corps, quoique infiniment différés et espacés, se rencontrent. L'auteur est donc bien présent dans le texte en tant que corps : il l'est sous les traits du désir, du « aimez-moi 2 », constitutif de toute écriture. Le génie de Barthes, c'est de lier inextricablement ce désir de l'auteur au désir du lecteur car ce que le lecteur désire, ce serait précisément ce désir que l'auteur a eu de lui. pas question donc d'un désir qui serait antérieur à la lecture, que le sujet projetterait dans la fiction pour l'y satisfaire sur le mode du « comme si » : le désir naît dans le texte, lui est contemporain, voire consubstantiel. Si le lecteur éprouve du plaisir, c'est donc parce qu'il ressent sa propre présence à l'écriture : il se reconnaît destinataire, il sent que l'auteur le cherche et plus précisément, qu'il le cherche en tant que corps (sans quoi, le texte produit est une demande sans désir, « un texte frigide 3 ») : « Le texte [...] ne peut [donc] m'arracher que ce jugement, nullement adjectif : c'est ça ! et plus encore : c'est cela pour moi 4 ! ». Le plaisir ne provient donc pas du sens, du décodage -ce que l'on conçoit généralement -mais il est à mettre en rapport avec le corps et sa sensibilité : dans l'adresse, le texte semble prendre la forme d'un corps qui me touche et me
doi:10.7202/045161ar fatcat:thtzu4mkbvenbpqbebzw7aowu4