Revue critique

Manuel Ansel
1950 Annales de Parasitologie Humaine et Comparée  
Au cours de ces dernières années, les investigations des cher cheurs ont considérablement augmenté nos connaissances, tant au point de vue scientifique qu'au point de vue clinique, dans le domaine des infections à virus. Il parait utile de confronter avec les faits et de coordonner des opinions, parfois confuses et contradic toires, suivant qu'elles sont considérées par un naturaliste, un homme de laboratoire ou un médecin. Ceci nous a paru plus parti culièrement intéressant en ce qui concerne
more » ... ertains parasites du système nerveux. I. -Parasites du système nerveux Parmi les êtres vivants qui peuvent parasiter le système nerveux et s'y adapter, nous trouvons non seulement des virus ou des bacté ries, mais aussi des protistes, voire des animaux, même très élevés en organisation. Les larves de certains diptères (OEstridae entre autres) s'attaquent au système nerveux et s'y développent ; il en est de même des larves de certains nématodes (trichine), de cestodes (cysticerques, coenures ou hydatides), de trématodes (oeufs de bilharzies). Parmi les protis tes, il suffit de rappeler, par exemple : des levures telles que Torulopsis neoformans, des flagellés tels que le trypanosome de la maladie du sommeil ou des sporozoaires tels que Toxoplasma gondii. Parmi les bactéries, nombreuses sont les espèces susceptibles de provoquer des méningo-encéphalites, puisque ces organismes peuvent indiffé remment s'attaquer à la plupart des appareils ou des tissus. L'étiologie des encéphalites ou des méningo-encéphalomyélites devient par contre plus intéressante, étant donnée la plus grande Ann. de Parasitologie, t. XXV, nos 1-2. --1950, p. 99-110.
doi:10.1051/parasite/1950251099 fatcat:s3yu4z5clfahrabdnp6vcfgzfm