Note sur la lettre d'Evodius à l'abbé Valentin d'Hadrumète (CPL 389)

Yves-Marie DUVAL
2003 Revue d' Etudes Augustiniennes et Patristiques  
Sur le plan critique, la présente note ne concerne qu'un seul mot -peut-être pas sans intérêt sur le plan doctrinal ! -dans un texte peu connu d'Evodius d'Uzali daté des années 425-426. Sans apporter de révélation sur la personne ni sur l'oeuvre de cet ami d'Augustin depuis 387, et ensuite son confrère dans l'épiscopat 1 , cette correction de texte me donne l'occasion de revenir sur les vingt années qui précédent cette lettre et de mettre un peu plus en lumière le rôle, ou plutôt la place, à la
more » ... fois accidentelle et significative, d'Evodius, l'interlocuteur d'Augustin en son De libero arbitrio de 388, dans les rapports de l'évêque d'Hippone avec Pelage, bien avant donc qu'il n'ait eu à écrire la lettre présente pour répondre à une contestation des positions d'Augustin sur la grâce et le libre arbitre en Afrique même. Cette lettre fut en effet suscitée par les discussions que déclencha 2 vers 425, dans la communauté monastique d'Hadrumète, la lecture de la lettre d'Augustin au prêtre romain Sixte -le futur Sixte III -, écrite en 418-419. Le texte en avait été découvert à Uzali, chez Evodius précisément, par un moine d'Hadrumète nommé Florus, de passage dans sa ville natale avec quelques-uns de ses confrères. Il leur confia une copie de cette lettre, transcrite de sa main même sous la dictée d'un de ses frères, avant de poursuivre lui-même sa route vers *En souvenir d'Albert De Veer, avec lequel j'ai eu plaisir à travailler, et que je lis toujours avec profit. 1. Sur la personne d'Evodius, je me contente de renvoyer à la notice de la Prosopographie de l'Afrique chrétienne (éd. A. Mandouze), Paris 1982, p. 366-373. Sur l'affaire d'Hadrumète, p. 372-373. 2. Sur le déroulement des événements, voir infra et la. Lettre 216 de l'abbé Valentin à Augustin.
doi:10.1484/j.rea.5.104865 fatcat:opw6g4tdf5dwhbnv274wzkrzqu