Le difficile vivre-ensemble, le lien social et la perspective du Royaume

Christoph Theobald
2012 Recherches de Science Religieuse  
Distribution électronique Cairn.info pour Centre Sèvres. © Centre Sèvres. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite
more » ... , est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Centre Sèvres | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Centre Sèvres | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) RSR 100/3 (2012) 365-380 L e titre de cet article conjugue deux registres langagiers : la terminologie du « Royaume de Dieu » qui relève du langage biblique et le vocabulaire du « vivre-ensemble » qui appartient à la philosophie sociale et politique. L'enjeu de notre parcours est d'établir une relation entre ces deux registres et de penser ce que le passage de l'un à l'autre est susceptible de révéler à ceux qui aujourd'hui s'interrogent sur la raison d'être et la finalité salvifique de l'Église. Pour ce qui est du « Royaume de Dieu », exégètes et historiens s'accordent pour dire qu'il s'agit là d' « un aspect central de l'annonce faite par Jésus » et que « c'est consciemment et volontairement qu'(il) a mis cette annonce du royaume au coeur de son message » 1 . Depuis le début du XX e siècle, le débat théologique porte principalement sur la question de savoir s'il faut privilégier la perspective d'avenir ou accentuer, au contraire, le présent de ce « royaume » ; sans doute convient-il de maintenir aujourd'hui la « tension » inhérente à l'utilisation de ce « symbole » par Jésus de Nazareth pour qui ses gestes et actions sont, d'après John P. Meier, une « réalisation partielle et préliminaire de la souveraineté royale de Dieu qui serait bientôt manifestée dans toute sa force » 2 . Soulignons surtout que ce « symbole à haute potentialité » 3 ne nous confronte pas immédiatement ni directement avec la question de l'origine -Dieu en le difficile vivre-ensemBle, le lien social et la PersPective du royaume par Christoph theobald Centre Sèvres -Facultés Jésuites de Paris 4. Cf. le bilan qu'on trouve, sous le titre Le Dieu qui vient, dans RSR 84/1 et 2 (1996). 5.
doi:10.3917/rsr.117.0365 fatcat:n63tnxtmxjfc7ho7jn7chwb64m