Pour une psychanalyse familiale récréative

Alberto Eiguer
2006 Le Divan familial  
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il
more » ... ueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Le champ de la psychanalyse connaît un regain d'agitation comme il n'en a pas connu depuis longtemps. D'importantes écoles se développent aux États-Unis qui proposent de nouveaux paradigmes. Je me réfère aux courants de l'intersubjectivité. Ils nous intéressent d'autant plus que la thérapie familiale psychanalytique (TFP) a participé à sa manière à la mise en perspective d'une psychanalyse des ensembles humains, d'une psychanalyse collective en soulignant que les membres d'une famille sont en inter-fonctionnement inconscient. Elle en a fait son objet d'étude privilégié depuis au moins trente ans. Il apparaît essentiel que nous nous penchions sur ces courants. Ceuxci ont été influencés par la psychologie de l'attachement, les systémiciens, les constructivistes et certains philosophes sensibles à ces mêmes théories comme Jürgen Habermas (1983) ; les investigateurs de l'herméneutique comme Hans Gadamer (1975 ) et Paul Ricoeur (1986, ou encore Jacques Derrida (1996) qui parle à sa manière du lien en se démarquant ainsi de la phénoménologie husserlienne ou heideggerienne, trop centrée sur l'être.
doi:10.3917/difa.016.0011 fatcat:grkelikij5bzbe4w2u3gvvogai