Spectre de diffusion de l'ion SiF6

L. Couture-Mathieu, J.-P. Mathieu
1951 Journal de Physique  
826 La croissance de y en fonction de la température à l'approche de la température critique a pu être suivie jusqu'à des valeurs comprises entre o,34 et 0,40. Une valeur limite de y (et, par suite, une valeur de p) voisine de 0,40 semble très probable pour tous les liquides normaux étudiés, et, plus spécialement, le néon, l'argon, le krypton, le xénon, le mercure, le benzène. La méthode conduit d'ailleurs à une valeur de la température critique compatible avec la valeur obtenue à partir de la
more » ... nue à partir de la tension superficielle, mais souvent un peu supérieure à la valeur généralement admise. Ceci est conforme aux vues de Naldrett et Maas. L'élimination de la température entre les expressions (1) et (2) montre que tend vers une limite finie à la température critique. Et pour chacun des liquides normaux étudiés, la valeur de m obtenue P à 10 ou 20 pour oQ près, cadre avec la valeur théorique qui est 3. Dans quelques cas, le même auteur a mesuré à la fois tension superficielle et densités; le rapport décroît quand la température s'élève, mais semble bien tendre vers une limite finie à la température critique. Ainsi le champ d'application de la loi de Mac Leod [7] se trouve relégué à des températures bien inférieures à la température critique. . En attendant des mesures soignées de densité et de tension superficielle pour les gaz rares au voisinage immédiat de la température critique, la présente étude cadre avec le résultat de la théorie cinétique, avec une certaine incertitude laissée par la précision souvent insuffisante de difficiles mesures. [1] YVON J. -Le problème de la condensation, de la tension superficielle et du point critique, Colloque de Thermodynamique, Bruxelles, I948. On ne connaissait qu'une fréquence du spectre de vibration de l'ion SiF6, Av = 646 cm-1, trouvée dans le spectre Raman des solutions d'acide fluosilicique SiF6 H2 [1]. Nous avons pu obtenir le spectre.de diffusion complet de cet ion, en l'étudiant sur des monocristaùx de fluosilicates : (Si Fg) (NH4)2, variété cubique : (Si F6) (NH4)2, variété hexagonale : (Si F6) [Zn (OH,)6], rhomboédrique : On trouve bien trois raies, comme on le prévoit en admettant que l'ion a la forme d'un octaèdre régulier. Les variations de la symétrie du champ cristallin ne produisent pas d'abaissement de symétrie appréciable dans la structure de l'ion, car les raies demeurent simples dans le spectre des cristaux qui ne sont pas cubiques. Les lettres F, E, A indiquent, dans la notation de Placzek, le type de la vibration, déduit des mesures de polarisation des raies correspondantes [2]. Les constantes de rappel de la théorie des forces de valence, calculées par les formules de Wilson [3] pour le sel cubique, ont pour valeurs La relation est vérifiée à o pour 100 prés [4]. L'ensemble du spectre de diffusion est faible, en relation avec la faible polarisabilité de l'ion SiF 6' qui se manifeste d'ailleurs par la faible réfringence de ses sels. [1] SYRKIN et WOLKENSTEIN.
doi:10.1051/jphysrad:01951001208082601 fatcat:f4lvriy2dfgfjcp2pdufv54roe