Claude Rabant, Métamorphoses de la mélancolie

Dominique Simonney
2011 Essaim  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... uf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Claude Rabant, Métamorphoses de la mélancolie Dominique Simonney Permettons-nous de donner un conseil au lecteur : aborder l'ouvrage sans trop se soucier des citations répétées, des digressions et autres « notes techniques » intercalées entre les chapitres, mettant quelquefois à mal la fluidité du propos de l'auteur. C'est un livre quelque peu labyrinthique au sein duquel tient une place de choix Kierkegaard, l'homme qui a si brillamment disserté sur la reprise. Et suivons Jean Oury qui, en sa préface, dit avoir lu trois fois ce livre « afin, peut-être, de ne pas glisser vers un cadrage, une satisfaction quelque peu suspecte, une complexité facile » (p. 9). Das mensch Ce sous-titre comme le suivant sont écrits en allemand. Ils font écho aux propos d'un auteur tout imprégné de cette langue, de sa « musique », de sa capacité conceptuelle. Un glossaire des termes allemands qui apparaissent au cours de l'ouvrage, accompagné de leur traduction est proposé au lecteur à la fin du livre. Claude Rabant est psychanalyste et... philosophe. Ce livre, volontairement ou pas, pose la question du « rapport » qu'entretiennent entre eux ces deux discours. Lacan a rejeté d'une façon quelque peu abrupte, ce qui ne veut pas dire injustifiée, la philosophie du côté du discours du maître. Ce qui ne l'a pas empêché, non seulement d'y faire référence, mais d'y puiser moult inspiration. Freud lui-même était, officiellement comme officieusement imprégné de philosophie.
doi:10.3917/ess.026.0195 fatcat:xs2e2hi5snbclco2fpfesyfehi