CONCLUSION [chapter]

1968 Perspectives énergétiques dans l'industrie des ciments  
CONCLUSION Les informations de base sur les combustibles et plus spécialement sur les prix d'équivalence en cimenterie ont été réunies; des perspectives d'évolution des facteurs de la demande de combustibles ont, elles aussi, été élaborées. Nous pouvons donc maintenant présenter quelques hypothèses finales sur les perspectives de consommation de combustibles ainsi que sur leur répartition dans le secteur cimentier, aux échéances choisies. Nous donnerons d'abord des perspectives globales de
more » ... mmation de combustibles, au niveau national et au niveau régional, en conservant une présentation par zones cimentières * telles qu'elles avaient été définies au début de l'étude. Ces résultats apparaissent dans le tableau 64 et appellent quelques remarques. Tout d'abord, nous avons retenu deux hypothèses de production de ciment pour 1970 et 1975: une hypothèse minimale A correspondant aux résultats auxquels nous sommes parvenus; une hypothèse maximale B émanant des estimations formulées par le groupe matériaux de construction du Vême Plan. Nous nous sommes d'autre part donné une fourchette en ce qui concerne les estimations de la consommation spécifique par tonne de ciment. Nous avons donc été conduits à présenter, non pas un résultat unique, mais plusieurs chiffres représentant les différentes hypothèses adoptées. Sur le plan des conséquences sur la consommation de combustibles par le secteur cimentier, celle-ci se chiffre globalement entre 4,3 et 4,6 millions de tonnes en 1970 (soit 11% environ de la consommation de combustible du secteur industriel) et 4,9 à 5,5 millions de tonnes en 1975 (soit également 11% des besoins en combustible du secteur industriel). L'inégalité des chiffres de consommation régionale de combustibles, déjà notée dans le passé, se maintient, quoique s'atténuant quelque peu car elle correspond aux concentrations régionales de la production. Comme en 1960, plus de 50% de la consommation de combustibles est concentré dans le Nord du pays (Nord, Est, Paris). Dans le domaine de l'utilisation des combustibles en cimenterie, les principales modifications auxquelles on peut s'attendre pour l'avenir viendront de la compétition entre combustibles et des substitutions qui en découleront. Nous avons vu que celles-ci ont particulièrement été actives ces dernières années en France, puisque la part du charbon était passée de * Rappelons qu'il s'agit d'un découpage de la France en neuf zones. Actuellement, le Syndicat National procède autrement pour le découpage.
doi:10.1515/9783111557823-013 fatcat:crropv65jzfurg3f6qbpqja6py