Le lexique d'Apsyrtos, source de Végèce (mulom. 3, 13, 4)

Marie-Thérèse Cam
2014 Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes  
Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck. © Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -09/02/2020 04:38 -© Klincksieck Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -09/02/2020 04:38 -© Klincksieck Rev. de philologie, 2014, LXXXVIII, 2 LE LEXIQUE D'APSYRTOS, SOURCE DE VÉGÈCE (MVLOM. 3, 13, 4) Végèce rassemble, dans le réceptaire qui clôture son traité de médecine vétérinaire des équidés (mulom. 3, 8-27), de manière conventionnelle et pratique pour l'utilisateur, un certain nombre de recettes, les unes en doublon figurant dans les livres 1 et 2, d'autres inédites, dont il est l'unique témoin 1 . Chiron, Pélagonius et Apsyrtos (Absyrtus dans nos mss) sont les trois seules sources déclarées 2 . Végèce ne pouvait connaître le dernier que par une traduction 1. Je remercie chaleureusement tous ceux dont j'ai sollicité les compétences, à diverses étapes. A.-M. Doyen-Higuet m'a envoyé une copie des folios des deux manuscrits de la recension B du Corpus Hippiatricorum Graecorum (CHG) et en a vérifié la teneur. K.-D. Fischer m'a communiqué l'existence de la thèse vétérinaire de J. Schäffer, Die Rezeptesammlung im Corpus Hippiatricorum Graecorum Band I (Kapitel 129, 130 ; Appendices 1-9), Dissertation inaugurale, Tierärztliche Fakultät der Ludwig-Maximilians-Universität, Munich, 1981, dont A.-M. Doyen-Higuet m'a fourni la copie ; il m'a envoyé l'ouvrage non publié de W. Sackmann, Arzneistoffe in tiermedizinischen Standardwerken der spätrömischen Antike. Lexikon und Konkordanz, Bâle, et a accepté de relire l'état final de cet article, après deux tentatives d'interprétation infructueuses. Fr. Biville a lu une étape de cet article, apporté des précisions, redressé des impropriétés, posé des questions qui m'ont amenée à poursuivre encore les recherches. M.-H. Marganne, lors du 4 e colloque de médecine vétérinaire ancienne de Lyon (organisé par I. Boehm et V. Gitton-Ripoll en juin 2014) , où j'avais émis des hypothèses pour partie abandonnées, m'a envoyé les références de trois de ses articles. Y. Poulle-Drieux a revu la traduction, écarté des pistes paléographiques inopérantes et indiqué l'existence de l'asthme d'effort. Je reste bien sûr seule responsable des leçons proposées ici. L'intégralité du chap. 3, 13 se trouve dans « Fortifier les chevaux : les recettes de poudre du quadrige chez Végèce (mulom. 3, 13, 1-4) », dans V. Gitton-Ripoll (dir.), La trousse du vétérinaire, actes du 4 e colloque de médecine vétérinaire ancienne, Lyon, 10-
doi:10.3917/phil.882.0007 fatcat:wtqschogs5bcnnfrfhuc7qhjhm