Commencer à la fin

Frédérique Toudoire-Surlapierre
2008 Revue de littérature comparée  
Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck. © Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -09/02/2020 06:03 -© Klincksieck Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -09/02/2020 06:03 -© Klincksieck Revue de Littérature comparée 1-2008 Commencer à la fi n « Éclaircir l'existence, non seulement la percer à jour mais quotidiennement l'éclairer jusqu'au suprême degré possible, c'est la seule possibilité d'en venir à bout » (La Cave, p. 197) 1 . S'écrire suffirait pour en finir avec soi ? « Je viens à bout de moi-même » (p. 197) 2 , l'expression est à prendre à son sens littéral (de même que l'on se prend au jeu), que Thomas Bernhard pérennise, comme on tord le cou à une idée reçue. Thomas Bernhard révèle sans doute moins un voeu testamentaire qu'une volonté de mettre de la fin dans son commencement (ses origines) et de nier, ou tout au moins de disqualifier, d'emblée et définitivement, son projet autobiographique. Espace littéraire de l'origine, ou plutôt des origines qui vont de concert, les écrivains se plaisent à parer l'autobiographie de la vertu (nostalgie) des genèses, auréolées de la sentence apparemment tautologique « commençons par le commencement » : si l'expression ne signifie pas plus que ce qu'elle est, c'est que le sens est circonscrit à la question, la laissant en suspens. Ce qui meut l'écriture n'est pas ce qui la comble mais ce qui la creuse (l'évide). S'écrire, c'est rendre son écriture transitive en se faisant objet de soi-même, c'est se constituer en « complément d'objet transitif ». Quand l'accession au vrai passe par sa propre mise en exhibition, l'exactitude autobiographique ne peut advenir que par la fable : la représentation de sa propre vie contient l'épreuve et l'espace de la simulation, parce qu'elle transforme le processus de dévoilement du vrai en fiction, et parce qu'elle implique un mouvement d'« identification imaginaire » -qui est l'horizon ou la motivation du discours autobiographique. Par l'existence qu'elle transfigure et à laquelle elle donne sa pérennité littéraire, l'autobiographie joue le rôle d'une tension de la signification (si la vie n'a aucun sens, cela n'empêche nullement de lui en
doi:10.3917/rlc.325.0117 fatcat:xx2puifr4za4nkyjhz346b3yqi