Le jeu, la tragédie et le tragique

Marie Lenormand
2012 Libres cahiers pour la psychanalyse  
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il
more » ... ueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 05:33 -© In Press Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 05:33 -© In Press Le jeu, la tragédie et le tragique MARIE LENORMAND E N 1920, FREUD CONSTATE QUE SA THÉORIE BUTE sur une énigme dont le principe de plaisir ne permet pas de rendre compte : la compulsion de répétition (Wiederholungszwang) telle qu'elle se manifeste de manière « démoniaque » dans la névrose traumatique et le transfert. Si jusqu'à présent il s'était efforcé de déchiffrer les « figures de la négativité » (la souffrance, l'angoisse, le masochisme) selon un principe économique, pour la première fois il est amené à envisager une logique d'un autre type, anti-économique. L'utilisation de la préposition « jenseits » qui ouvre le titre de l'essai (qu'on peut traduire par « au-delà » ou « par-delà ») nous invite ainsi à diriger notre regard de l'« autre côté », à envisager un « autre bord » du principe de plaisir comme on accoste sur un autre « rivage 1 » et à opérer un franchissement théorique. Par une telle opération, il ne s'agit pas de renverser le principe de plaisir au sens où Nietzsche, dans Par-delà le bien et le mal (Jenseits von Gut und Böse), avait renversé le système des valeurs morales, mais de reconnaître la possibilité que, au royaume de l'inconscient, ce dernier ne règne pas sans partage. 1. P.-L. Assoun (2009), Dictionnaire des oeuvres psychanalytiques, Puf, 2009, p. 221. 2. Ernst, fils de Sophie Freud (qui décède le 25 janvier 1920, au moment où paraît l'Audelà) et de Max Halberstadt. 3. L'aiôn peut désigner le « temps » ou la « vie ». Je me réfère ici à l'interprétation qu'on trouve dans l'article de L. Couloubaritsis, « La question du jeu du monde », Rue Des cartes, 18, 1997, 51-85. 4. Terme inventé par Jacques Lacan pour désigner le fait que le sujet est avant tout un « être parlant ». 5. J. Lacan (1964Lacan ( /1965, Le Séminaire, Livre XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, 1964de la psychanalyse, -1965de la psychanalyse, , Seuil, 1973
doi:10.3917/lcpp.026.0095 fatcat:sc7jjktd6fa6pl2onk3xm4eepm