L'invocation anthropologique dans le débat éthique contemporain

Laurent Lemoine
2013 Revue d éthique et de théologie morale  
Distribution électronique Cairn.info pour Éditions du Cerf. © Éditions du Cerf. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est
more » ... e sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Éditions du Cerf | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Éditions du Cerf | Téléchargé le 21/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) De manière à pouvoir prendre place comme religieux dans le débat pluraliste de notre république laïque soucieuse de séparation des pouvoirs, lesdits religieux ont choisi à titre de stratégie de communication -mais pas seulement -de mettre à disposition du débat passionnant, mais aussi passionné, du « mariage pour tous », des arguments de nature profane, pourrait-on dire, à savoir anthropologique, censés valoir pour tous, quelles que soient les convictions religieuses personnelles. C'est habile et opportun. Encore faut-il être sûr du type d'argument avancé. Encore faut-il aussi être sûr du choix théologique et ecclésial que l'on pose alors. Cela me semble assez nouveau 1 : pour se faire entendre dans une société obsédée par l'évaluation, et parce qu'ils ne parviennent plus à garder crédible un argumentaire de confection strictement religieuse entée sur une tradition multiséculaire de plus en plus difficile à transmettre, les « religieux 2 » s'installent délibérément sur un terrain qui, en réalité, ne leur 2. Expression peu honorifique telle que les médias en usent. * À ce sujet, voir également l'article d'Hubert FAËS, « Le droit d'être homosexuel et la question du mariage », RETM 273, mars 2013, p. 31-48. 3. Rappelons que le gouvernement français a opté, malgré l'amendement du député PS Le Roux, pour une distinction entre la loi sur le mariage pour tous dans une première séquence chronologique et une loi ultérieure sur la famille dans une seconde, qui devrait inclure les questions éthiques spécifiques à l'AMP (aide médicale à la procréation) ou PMA (procréation médicalement assistée) et à la GPA (gestation ou grossesse pour autrui, cette dernière devant en théorie demeurée interdite en France). Ce choix mécontente les partisans d'une loi globale ouvrant sur ce qu'ils considèrent comme la véritable « égalité des droits ». 9. Pour preuve citons, entre autres, une étude très récente d'une sociologue enseignant à Jérusalem qui montre comment l'expérience amoureuse de l'adulte est façonnée en contexte socio-historique par les codes du masculin et du féminin : Eva ILLOUZ, Pourquoi l'amour fait mal. L'expérience amoureuse dans la modernité, Paris, Éd. du Seuil, coll. « La couleur des idées », 2012.
doi:10.3917/retm.274.0025 fatcat:htoqnegen5h6lg6ncn7dwxecty