About the feminine simulation

Silvia Lippi
2010 Recherches en psychanalyse  
Association Recherches en psychanalyse | « Recherches en psychanalyse » 2010/2 n° 10 | pages 257a à 266a Distribution électronique Cairn.info pour Association Recherches en psychanalyse. © Association Recherches en psychanalyse. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par
more » ... ence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Recherches en Psychanalyse -Research in Psychoanalysis 10│2010 78 Journal of Psychoanalytic Studies. Abstract: Lacan considers female jouissance as "Other" to its male counterpart. It is in any case difficult to define, especially since, as clinical experience teaches us, it can easily be simulated by a woman. But why does a woman put herself in the position of faking an orgasm? What are the stakes of this practice? We will try to show that faking orgasm is not simply synonymous with frigidity. This can obviously be the case; however, it may also be a source of for a woman and, paradoxically, an expedient able to the "encounter" with the other possible. Résumé : La jouissance féminine est considérée, par Lacan, en tant que « Autre » par rapport à celle de l'homme. Elle est, de toute façon, difficile à cerner, d'autant plus qu'elle peut être, comme le montre la clinique, facilement simulée par une femme. Mais pourquoi une femme se met-elle dans la position de simuler l'orgasme ? Quels sont, pour elle, les enjeux de cette pratique ? Nous essayerons de montrer que la simulation n'est pas seulement synonyme de frigidité. Elle peut l'être, bien sûr, mais elle est aussi source de plaisir pour une femme et, paradoxalement, un expédient capable de favoriser la « rencontre » avec l'autre.
doi:10.3917/rep.010.0078 fatcat:hkyfeiufrrastbum6oam4zrquy