Voyage aux frontières du monde

François-Xavier Fauvelle-Aymar, Bertrand Hirsch
2003 Afrique & historie. Revue internationale d'histoire de l'Afrique  
Distribution électronique Cairn.info pour Verdier. © Verdier. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord
more » ... ite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.222 -03/07/2019 13h30. © Verdier Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.222 -03/07/2019 13h30. Les fameux voyages de Ibn Battûta sur les frontières de l'oekoumène musulman au XIV e siècle ont généralement fait l'objet de tentatives d'identifications toponymiques qui ont abouti soit à valider son récit soit au contraire à stigmatiser ses incohérences. La relecture critique de trois itinéraires, vers la Chine, l' Afrique orientale et le Mali, révèle au contraire leur cohérence dans le projet de la Rihla, tandis que les bricolages du voyageur et les libertés prises avec la réalité de son voyage, s'éclairent par sa géographie mentale. Depuis près de deux siècles, le récit du long périple effectué par Ibn Battûta  au viii e /xiv e siècle (de / à /) a été l'objet de très nombreuses réflexions érudites, dont l'extrême variété est le reflet de l'immensité des régions visitées par le voyageur marocain  . On ne fournira pas ici une revue détaillée de cette littérature  ; disons seulement que l'érudition traditionnelle considère le plus souvent Ibn Battûta comme une source fiable, les historiens pouvant ainsi puiser dans son récit la matière servant à compléter une liste dynastique lacunaire, à vérifier la date d'un événement, à compléter la biographie d'un personnage ou la François-Xavier Fauvelle-Aymar est chargé de recherches au CNRS (Institut d'Études Africaines, Aixen-Provence).
doi:10.3917/afhi.001.0075 fatcat:34p242qkwzh2xbew2p25g4tnty