Les «études françaises» et la question de l'universel [chapter]

Alexandru Matei
2019 Interactions dans les Sciences du Langage. Interactions disciplinaires dans les Études littéraires  
Les « études françaises », de par le syntagme lui-même, renvoient déjà vers une redistribution des disciplines « humanistes », opération ayant déjà eu lieu d'abord dans la culture anglo-saxonne. Dire « études françaises » au lieu de, par exemple, « histoire de la littérature » met en question d'emblée un certain universalisme nominaliste que notre étude voudrait interroger depuis les positions d'une perspective (idéalement) doublement extérieure : par rapport au paradigme des « studies », dont
more » ... a tache aveugle serait précisément le lieu de leur invention, car on ne dit jamais « American Studies » pour parler de « post-structuralisme », par exemple, et par rapport au paradigme de la « littérature générale », ou bien « poétique » ou bien encore « philologie », puisque chaque terme relève d'une certaine tradition qu'il faut spécifier.
doi:10.18485/efa.2019.11.ch21 fatcat:lj7v2z5bwrhzvjej6kzqpuoqou