Diversité et concentration de l'information sur le web

Emmanuel Marty, Franck Rebillard, Stephanie Pouchot, Thierry Lafouge, Emmanuel Marty, Franck Rebillard, Stephanie Pouchot, Thierry Lafouge
unpublished
Diversité et concentration de l'information sur le web. Une analyse à grande échelle des sites d'actualité français. Emmanuel Marty (Univ. Nice), Franck Rebillard (Univ. Paris 3), Stéphanie Pouchot (Univ. Lyon 1), Thierry Lafouge (Univ. Lyon 1) L'internet a pris une place croissante en tant que média d'information, et suscite à ce titre de nombreuses interrogations. Celles-ci sont largement motivées par la volonté de mieux cerner son rôle d'interface entre un espace public en possible
more » ... possible reconfiguration (Flichy, 2008 ; Cardon, 2010 ; Miège, 2010) et des industries culturelles et médiatiques en prise avec de sensibles évolutions économiques et technologiques (Bouquillion, Matthews, 2010 ; Charon, 2010) . Dans un tel contexte, la nature de l'information en ligne, et en particulier la diversité des contenus médiatiques offerts aux internautes, devient une question centrale : l'arrivée de nouveaux acteurs sur le terrain de l'information (industriels issus d'autres secteurs, amateurs profitant des facilités d'expression numérique) entraîne-t-elle une originalité accrue ou au contraire une certaine redondance des nouvelles ? Autrement dit, en matière d'information en ligne, la quantité est-elle synonyme de qualité ? La question du pluralisme de l'information, et des ses enjeux fondamentaux pour la vie démocratique, se trouve ainsi posée à nouveaux frais avec l'internet. Elle se pose avec acuité sur le web, lieu majeur pour l'information d'actualité en ligne. Les espaces de publication s'y sont développés tous azimuts, empruntant autant la voie du journalisme participatif que de l'agrégation automatisée de nouvelles, aux côtés des sites de journaux, radios ou télévisions. En résulte-t-il pour autant une plus-value informationnelle, en termes d'originalité et de diversité de l'information ? A l'inverse, cette prolifération des espaces de publication sur le web n'a-t-elle pas engendré un vaste système de « re-traitement » d'une même matière première informationnelle (Rebillard, 2006) ? Le présent article se donne précisément pour objectif de déterminer si le pluralisme de l'information est, dans les faits, favorisé ou non avec la multiplication des sites web. Elle vient enrichir, pour le cas de la France, une littérature scientifique largement étoffée ces dernières années sur le plan international, passant d'un stade plutôt spéculatif à une dimension empirique de plus en plus aboutie. Le web, opportunité ou menace pour la diversité de l'information ? Le web constitue, indéniablement, un lieu potentiel de pluralisme pour l'information. Plusieurs chercheurs se sont en particulier intéressés à ce que l'amateurisme pouvait apporter à l'information en ligne (pour une synthèse, cf. Dagiral, Parasie, 2010), à travers l'étude des blogs (Serfaty, 2006) , ou en questionnant les relations entre blogueurs et journalistes (Reese et al., 2007) . Affirmant que les journalistes ne sont à présent plus les seuls maîtres de l'agenda médiatique en ligne, Bruns (2008) est l'un des auteurs les plus repris à ce sujet, Selon lui, le gatekeeping aurait fait place à un gatewatching : les internautes contributeurs auraient acquis une capacité de mobilisation collective à même d'influencer les choix opérés par les journalistes dans la sélection de l'information. Dans la même perspective, l'interactivité supposée de l'internet est considérée comme un facteur contribuant à mettre le débat démocratique et l'expression politique au premier plan de l'information médiatique. Ceci permettrait alors au citoyen de se forger une opinion sur le monde social, éventuellement de prendre part à un engagement politique (pour une synthèse, cf. Greffet, Wojcik, 2008). L'internet cependant, bien loin d'une « peaceful market-place of ideas » telle que dénoncée par Peters (2004) , constitue une arène où différents acteurs se livrent une compétition pour l'accès à une tribune médiatique. Les contenus offerts aux internautes sont d'abord le résultat du travail réalisé par les acteurs de l'information en ligne. Et ils sont très souvent liés aux sources que constituent les services de communication des organisations et les agences de presse. Leur pouvoir de fixation de l'agenda est dans bien des cas inversement proportionnel à la capacité matérielle et temporelle des entités médiatiques à produire un contenu propre, ou à exploiter de manière créative le matériau discursif qui leur est fourni (Marty, 2010) . Cette logique du système médiatique, aboutissant à une situation assez classique de « circulation circulaire de l'information » vulgarisée par Bourdieu (1996) , est rendue encore plus complexe sur l'internet : face au succès d'infomédiaires tels que Google Actualités, la politique des différents éditeurs est ambigüe, voire ambivalente, faisant se côtoyer mise en cause d'une concurrence considérée comme déloyale côtoyant et souci presque obsessionnel d'un bon référencement, le tout pesant sur la nature des contenus ainsi produits (Smyrnaios, Rebillard, 2009) .
fatcat:mbwqhaqf2nfmtcdw4mfzsxs4ta