Quel outil de développement pour les économies est-européennes ?

François Bafoil
2004 Critique Internationale  
1. Selon le règlement (CE) n°1260/1999 du Conseil du 21 juin 1999 portant sur les dispositions générales relatives aux Fonds structurels, EUR-OP, JOCE L161 du 26 juin 1999. 2. L'Objectif 1 désigne les régions disposant d'un PIB inférieur à 75 % de la moyenne communautaire et qualifiées, pour cette raison, de régions en retard de développement. Le Fonds social européen (FSE) dispose de 18 % des fonds de ce programme ; INTERREG, qui s'occupe de la coopération interrégionale et transnationale, de
more » ... transnationale, de 4 %. 3. www.eu.int/inforegio (consulté le 14 octobre 2004). l Variations 124 -Critique internationale n°25 -octobre 2004 4. Les incubateurs sont des espaces spécialement équipés par les pouvoirs publics pour fournir, pendant un an ou deux, à de jeunes entreprises (« jeunes pousses ») les services nécessaires à leur démarrage et à leur bon fonctionnement. 5. Pourtant, ces nouveaux États membres n'ont pas tous suivi la même voie de 1945 à 1989. Au contraire, nombre d'entre eux ont connu des évolutions particulières, plus ou moins liées à la longue durée historique. Ainsi, en Pologne, près de 85 % des exploitations agricoles ont pu rester privées, grâce aux compromis que les paysans sont parvenus à négocier avec les autorités à partir de 1956. Quant à la Hongrie, elle a entamé en 1968 un mouvement de réforme économique, demeuré dans les esprits comme le mouvement « ni plan ni marché ». Les relations qui ont été alors nouées par les directeurs d'entreprises avec des partenaires occidentaux, notamment des investisseurs industriels ou financiers, ont donné la pleine mesure de leurs effets après 1990. Pourtant, de même qu'on ne peut condamner en bloc les héritages industriels du système soviétique sous prétexte qu'ils n'auraient entraîné que catastrophe économique et régression sociale, de même on ne peut considérer les phénomènes non conformes à l'économie communiste, telles les exploitations privées polonaises ou les joint ventures hongroises, comme une garantie de succès pour l'après-1989. -Critique internationale n°25 -octobre 2004 24. Une proposition a été faite de porter le budget communautaire qui représente 1,15 % du PIB européen actuel à 1,24 % pour la prochaine période de programmation. Mais, en décembre 2003, les principaux contributeurs ont fait savoir qu'ils n'acceptaient pas de dépasser le seuil des 1 %. Cf. Jacques Le Cacheux « Negotiating the Medium-Term Financial Perspectives
doi:10.3917/crii.025.0119 fatcat:sw5xuxgw5rgvno4jxc2kuvty4e