Leaf/sapwood area ratios in Scots pine show acclimation across Europe

Maurizio Mencuccini, Lorenzo Bonosi
2001 Canadian Journal of Forest Research  
We tested the hypothesis that leaf/sapwood area ratios (S) in Scots pine (Pinus sylvestris L.) differ across Europe. Data from published records were collected and critically reviewed, and five new sites were studied to increase the overall sample size available for analyses. For seven studies for which data were available, we also determined the magnitude of the errors resulting from the use of ratio and regression-type estimators during subsampling for leaf areas of individual trees. These
more » ... sampling errors were then compared with those resulting from least square regressions of leaf area against sapwood area, and the total error was determined. Finally, correlation analysis was used to test for significant relationships between S and site-specific and stand-specific variables. Subsampling for leaf area resulted in errors, the magnitude of which was site specific and depended on sampling sizes and protocols. In general, despite larger total errors resulting from accounting for subsampling, significant differences were found among S, both at breast height and at the base of the living crown, at least for the most extreme cases. Significant negative relationships were found between S and summer vapour pressure deficit and maximum summer temperature. Although preliminary, our results confirm previous suggestions about climatic effects on Scots pine leaf/sapwood area ratios by enlarging the analysis to a wider range of European sites and by including genetic variability across stands. Résumé : Les auteurs ont testé l'hypothèse selon laquelle le rapport de la surface foliaire sur la superficie de bois d'aubier (S) chez le pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) ne serait pas constant à travers l'Europe. Des données provenant de documents publiés ont été collectées et révisées d'un oeil critique et cinq nouveaux sites ont été étudiés pour augmenter la dimension globale de l'échantillon disponible pour les analyses. Dans le cas de sept études pour lesquelles les données étaient disponibles, les auteurs ont également déterminé l'ampleur des erreurs résultant de l'utilisation d'estimateurs, du type de ceux associés à la régression ou à un ratio, lors du sous-échantillonnage destiné à évaluer la surface foliaire d'arbres individuels. Ces erreurs liées au sous-échantillonnage ont ensuite été comparées à celles qui résultent des régressions basées sur les moindres carrés entre la surface foliaire et la superficie de bois d'aubier et l'erreur totale a été déterminée. Finalement, l'analyse de corrélation a été utilisée pour vérifier s'il y avait des relations significatives entre S et des variables spécifiques au peuplement ou au site. Le sous-échantillonnage utilisé pour déterminer la surface foliaire engendre des erreurs dont l'importance est spécifiquement reliée au site et dépend des protocoles et de la dimension de l'échantillonnage. En général, malgré que le fait de tenir compte du sous-échantillonnage entraîne des erreurs totales plus importantes, des différences significatives ont été obtenues parmi les valeurs de S, tant à hauteur de poitrine qu'à la base de la cime vivante, du moins dans les cas les plus extrêmes. Il y avait des relations négatives significatives entre S et le déficit de pression de vapeur et la température maximale en été. Quoique préliminaires, les résultats confirment ce qui a été suggéré antérieurement au sujet des effets du climat sur le rapport de la surface foliaire sur la superficie de bois d'aubier chez le pin sylvestre, en élargissant l'analyse à une plus vaste gamme de sites européens et en incluant la variabilité génétique entre les peuplements. [Traduit par la Rédaction] Mencuccini and Bonosi 456
doi:10.1139/cjfr-31-3-442 fatcat:7yvbm5h2kvecvcac7uazyughom