Filters








1 Hit in 0.049 sec

« La langue travaillée par le pouvoir » : Franco Fortini et Roland Barthes face à Brecht

Judith Lindenberg
2008 Revue de littérature comparée  
Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck. © Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -07/02/2020 20:36 -© Klincksieck Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -07/02/2020 20:36 -© Klincksieck Revue de Littérature comparée 4-2008 « La langue travaillée par le pouvoir » : Franco Fortini et Roland Barthes face à Brecht En France, depuis la seconde guerre mondiale, la poésie a souvent été cantonnée à un public initié, hors du débat intellectuel ; en Italie, du fait de la place fondatrice de la poésie dans l'Histoire littéraire depuis Dante et Pétrarque, la situation est différente, comme le remarque Yves Bonnefoy, un des très rares poètes français à faire exception à la règle : « Il me semble [...] que l'Arioste ou le Tasse, ou Leopardi, ou Ungaretti ou Mario Luzi ou Zanzotto, comptent davantage pour les historiens ou les philosophes d'Italie que ne sont considérés chez nous Ronsard ou Baudelaire, ou Rimbaud, pour ne rien dire de la poésie du XX e siècle » 1 . À cet égard, la fi gure du poète et essayiste Franco Fortini apparaît exemplaire, pour la part égale qu'occupent chez lui les deux activités de la poésie et de l'essai qui se nourrissent l'une l'autre, se rencontrant parfois 2 , mais surtout par son engagement dans la vie politique au sens large qui donne son sens à l'expression transalpine de « poésie civile ». Marxiste dans l'Italie d'après-guerre, suivant la ligne du PCI pour ensuite s'en démarquer dans le sillage des événements de 1956 qu'il suivit avec passion et qui marquèrent une rupture au sein de sa génération, Fortini n'a cessé de commenter son époque. La politique traverse toute sa pensée et son oeuvre, aussi bien poétique que théorique, se caractérise par ses prises de position constantes et son dialogisme : il ne cesse d'écrire sur, ou « à travers » 3 d'autres intellectuels contemporains dont la pensée l'infl uence et l'interroge.
doi:10.3917/rlc.328.0429 fatcat:63jibttxsjdx7ldzbbuutkiaqy