Filters








1 Hit in 0.26 sec

Pollution De L'eau De Consommation Humaine Et Risques Sanitaires A Court Terme : Cas Du Bassin Versant De La Menoua (Ouest-Cameroun)

Santsa Nguefack Charles Vital, Ndjouenkeu Robert, Ngassoum Martin Benoî
2018 European Scientific Journal  
The health risk associated with the consumption of water polluted by humans in the World, particularly in Africa, is a real public health problem. This is why WHO, from its inception in 1948, has always been concerned with defining limit values. The aim of this work was to study the physicochemical and microbiological quality of water in the Menoua watershed through a spatiotemporal dynamics to assess its degree of anthropogenic pollution and to estimate the level of risk of infection and
more » ... infection and diseases inherent in its consumption. Physicochemical analysis (pH, temperature, turbidity and dissolved oxygen) and microbiological (E-coli, salmonella and shigellas) was carried out on 132 samples taken from 33 sites distributed in two seasons, two in dry seasons and two in rainy season. The results show that these waters have an acidic pH, a low dissolved oxygen content, strong microorganism levels all correlated with high turbidity. These very high levels of microorganism, illustrate well the effect of the action of the man on the pollution of the water. This pollution could have several origins, the most important of which are related to spilled household discharges, without any prior treatment in rivers, manure from livestock and used in agriculture. The level of microbiological risk is very high for consumers and typhoid is the most recurrent waterborne disease in the region. This diagnosis would help decision-makers to better pronounce on the management of this resource in order to reduce the health risks inherent in its consumption. Résumé Le risque sanitaire lié à la consommation de l'eau polluée par l'homme dans le Monde plus particulièrement en Afrique, est une véritable problématique en matière de santé publique. C'est pourquoi l'OMS, dès sa création en 1948, s'est toujours préoccupée de définir les valeurs limites. L'objectif de ce travail était d'étudier le qualité physicochimique et microbiologique de l'eau du bassin versant de la Menoua à travers une dynamique spatiotemporelle pour évaluer son degré de pollution anthropique et d'estimer le niveau de risque d'infection et des maladies inhérentes à sa consommation. L'analyse physicochimique (pH, température, turbidité et Oxygène dissous) et microbiologique (E-colis, salmonelles et shigellas) a été faite sur 132 échantillons prélevés dans 33 sites répartis en deux saisons dont deux en saisons sèche et deux autres en saison pluvieuse. Il ressort des résultats que ces eaux ont un pH acide, une faible teneur en Oxygène dissous, des fortes teneurs en microorganisme le tout corrélé à une forte turbidité. Ces teneurs très élevées en microorganisme, illustrent bien l'effet de l'action de l'homme sur la pollution de l'eau. Cette pollution pourrait avoir plusieurs origines dont les plus importantes sont liées aux rejets ménagers déversés, sans aucun traitement préalable dans les cours d'eau, aux fumiers provenant de l'élevage et utilisés en agriculture. Le niveau de risque microbiologique est très élevé pour les consommateurs et la typhoïde est la maladie hydrique la plus récurrente dans la région. Dans le cadre de cette perspective partipative ce diagnostic aiderait les décideurs à mieux se prononcer sur la gestion de cette ressource en vue de diminuer les risques sanitaires inhérents à sa consommation. Mots-clés: risque sanitaire, pollution, microorganisme, bassin versant de la Menoua, physicochimique, activités anthropiques, maladie hydrique
doi:10.19044/esj.2018.v14n3p96 fatcat:2byytyzxibgb3isdwb3x6iriwe