Filters








1 Hit in 0.048 sec

Radar Observations of Arctic Bird Migration in the Beringia Region

A. Hedenström, T. Alerstam, J. Bäckman, G. A. Gudmundsson, S. Henningsson, H. Karlsson, M. Rosén, R. Strandberg
2009 Arctic  
Bird migration was recorded by tracking radar and visual observations in the Beringia region. the data were subdivided into seven areas extending from north of Wrangel island southeastward toward the Bering strait and then northwestward off the coast of Alaska to Point Barrow. the studies, which took place during a ship-based expedition between 30 July and 19 August 2005, recorded a total of 557 tracks (average duration 120 seconds) of bird flocks or individuals on post-breeding migration. the
more » ... ing migration. the dominant eastward-flying flocks were likely composed of shorebirds on their way from breeding areas in central or eastern siberia to intermediate stopovers and final destinations in north and south America. the courses were more southerly into the Bering strait, possibly because of topographical influence. At two areas, the chukchi sea and koluchinskaya Bay, there was also a westward component of migrants. At the chukchi sea these were almost certainly passerine birds migrating from Alaska to wintering areas in Asia and Africa, while at koluchinskaya Bay, king eiders on molt migration could represent an important part of the westward component. the overall mean altitude of flights was 1157 m, and flight altitude was positively correlated with latitude. the mean ground speed was 15.9 m/s and the mean airspeed was 14.1 m/s, indicating that on average the birds were experiencing a small tail wind component. the airspeed was a function of the tail wind component and the vertical speed; altitude and the side wind component did not contribute significantly to variation in airspeed in this data set. comparing these results with similar data obtained from siberia and canada, we concluded that Beringia is a migration hotspot where intense bird migration crosses between Asia and Alaska in both directions. key words: Arctic birds, bird flight, migration, Beringia, flight altitude, flight speed, orientation, great circle, radar RésuMé. la migration d'oiseaux a été enregistrée au moyen de radars de poursuite et d'observations visuelles dans la région de Béringie. les données ont été sous-divisées en sept zones, allant du nord de l'île Wrangel vers le sud-est en direction du détroit de Béring, puis vers le nord-ouest, au large de la côte de l'Alaska jusqu'à la pointe Barrow. les études ont été effectuées dans le cadre d'une expédition en bateau réalisée entre le 30 juillet et le 19 août 2005. elles ont permis de répertorier un total de 557 pistes (d'une durée moyenne de 120 secondes) de volées d'oiseaux ou d'oiseaux individuels en migration de post-reproduction. les volées dominantes en direction de l'est étaient probablement composées d'oiseaux de rivage venant de leurs aires de reproduction du centre ou de l'est de la sibérie en route vers des escales intermédiaires et des destinations finales situées en Amérique du nord et en Amérique du sud. dans le détroit de Béring, les parcours se trouvaient plus au sud, ce qui était peut-être attribuable à l'influence de la topographie. dans deux zones, en mer des tchouktches et dans la baie koluchinskaya, il y avait aussi une composante de migrants en direction de l'ouest. À la mer des tchouktches, il y avait presque certainement des passériformes en migration de l'Alaska vers des aires d'hivernage en Asie et en Afrique, tandis que dans la baie de koluchinskaya, des eiders à tête grise en migration de mue auraient pu représenter une partie importante de la composante en direction de l'ouest. l'altitude moyenne générale des vols était de 1157 m, et l'altitude des vols était positivement corrélée à la latitude. la vitesse moyenne au sol atteignait 15,9 m/s et la vitesse aérodynamique moyenne s'établissait à 14,1 m/s, ce qui indique qu'en moyenne, les oiseaux subissaient un faible vent arrière. la vitesse aérodynamique était une fonction de la composante du vent arrière et de la vitesse verticale; la composante de l'altitude et du vent latéral n'a pas contribué considérablement à la variation de la vitesse aérodynamique dans cet ensemble de données. Après avoir comparé ces résultats à des données semblables prélevées en sibérie et au canada, nous en avons conclu que la Béringie est un point chaud de migration où des migrations intenses d'oiseaux traversent entre l'Asie et l'Alaska dans les deux sens. Mots clés : oiseaux de l'Arctique, vol d'oiseau, migration, Béringie, altitude de vol, vitesse de vol, orientation, grand cercle, radar traduit pour la revue Arctic par nicole Giguère.
doi:10.14430/arctic110 fatcat:z4njnf6bhbby3hr2me4frvpmsu