Filters








1 Hit in 0.051 sec

« Je l'aime, un peu, beaucoup, à la folie pas du tout ! »

Kevin Diter
2015 Terrains & travaux. Cahiers du Département de sciences sociales de l'ENS de Cachan  
Distribution électronique Cairn.info pour ENS Paris-Saclay. © ENS Paris-Saclay. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est
more » ... e soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -15/02/2020 15:24 -© ENS Paris-Saclay Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -15/02/2020 15:24 -© ENS Paris-Saclay terrains & travaux -n° 27 [2015] -21 ENQUÊTE Kevin Diter « Je l'aime, un peu, beaucoup, à la folie... pas du tout ! » La socialisation des garçons aux sentiments amoureux Résumé Cet article propose de décrire les processus par lesquels les garçons apprennent à aimer et plus précisément apprennent à distinguer le caractère sexué de l'amour et à s'en distinguer. Ils intériorisent, dès leur plus jeune âge, l'idée qu'adopter un comportement féminin reviendrait à adopter le sexe féminin de ce comportement, au risque de mettre à mal leur identité masculine et donc leur réputation. Cet apprentissage de l'ordre du genre ne passe pas seulement par les jouets ou par les injonctions de leurs pairs. Il s'effectue également de façon implicite à travers leurs interactions ordinaires avec les adultes qui les encadrent. Toutefois, tous les garçons ne perçoivent pas l'amour comme une menace ou un danger. Certains l'abordent autant que les filles en raison d'une éducation sentimentale familiale moins genrée, tant au niveau de son contenu que de son administration. Si les sentiments ont un sexe, ils semblent également avoir une classe sociale. Abstract "He loves her, he loves her not!" The socialization of boys to feelings of love This article aims at analyzing the processes through which boys learn how to love and more specifically how to keep their distances with matters of the heart. From an early age on, boys internalize the idea that love is mostly a female domain, and that it would be dangerous for them to show an interest in feelings, especially when adopting feminine attitudes towards them. This initiation to the gender order not only occurs through peer relationships and the material culture of childhood, but also through their ordinary interactions with the different adults who take care of them. However, not all boys perceive love as a potential threat or danger to their masculine identities. Some take as much interest as girls in matters of the heart because their family education is less gendered, in its content and its administration. If feelings of love obey the gender order, they also seem to follow social class variations.
doi:10.3917/tt.027.0021 fatcat:gvm6atgpq5aa7mpxsdh6mawatm