Filters








1 Hit in 0.26 sec

L'impact de la radiophonie commerciale sur la poésie vocale québécoise

Jean-Nicolas De Surmont
2009 International Journal of Canadian Studies  
Aller au sommaire du numéro Éditeur(s) Conseil international d'études canadiennes ISSN 1180-3991 (imprimé) 1923-5291 (numérique) Découvrir la revue Citer cet article De Surmont, J. (2009). L'impact de la radiophonie commerciale sur la poésie vocale québécoise. L'impact de la radiophonie commerciale sur la poésie vocale québécoise Résumé Dans un article précédent (De Surmont, 2001) nous avons mis en relief le fait qu'avec l'arrivée de l'industrie et des médias de masse, la carrière de chanteur
more » ... rière de chanteur s'est transformée en celle de médiateur, c'est-à-dire d'un agent interagissant au sein de l'activité chansonnière mais qui occupera aussi une place au sein de la presse et du champ littéraire. Ainsi, certains chanteurs, paroliers ou poètes, dont les poésies sont mises en chansons ou en musique, sont parfois éditeurs de journaux (Napoléon Aubin) ou typographes (Roch Lettoré); d'où la tradition de l'auteur-èditeur-imprimeur. Il conviendrait d'évoquer la fonction multiple du journaliste durant la période qui va de l'èclosion de la presse canadienne-française jusqu'à la fin du XDF siècle 1 . Par la suite, c 'est la radio et le phonogramme qui deviendront, au début du XX e siècle, les supports privilégiés de la diffusion de l'objet-chanson favorisant comme d'autres inventions la circulation des idées; pensons au télégraphe également. Dans cet article, nous mettrons en relation l'essor de la radiophonie et celui de la chanson signée et nous montrerons les corrélations entre les fonctions de la radio et les conditions historiques. En quoi les confronter nous permet-il de mieux connaître les contextes favorables à la naissance et à l'évolution de la radio et à la diffusion d'une culture populaire? Telle est une question qui sous-tend notre travail. L'étude que nous proposons concerne principalement la dimension.socio-historique de la radiophonie et son rôle de canalisation dans la carrière des interprètes ou auteurs-compositeurs de la chanson québécoise (nous ne pouvons élargir notre propos à l'ensemble des artisans de la chanson comme les responsables de tournée, agents, producteurs, etc.). Plus généralement nous étudierons la démocratisation de la culture par la radiophonie. Abstract In a previous article , we highlighted how the arrival of industry and mass media transformed the singing career into one of mediator, an interacting agent of song writing that also had a place in the press, in literature, etc. Certain singers, songwriters, or poets whose poetry was put to song or to music, were also sometimes editors (Napoléon Aubin), or printers (Roch Lettoré), hence the tradition of the author-editor-printer. Consider also the multiple functions of the journalist during the period beginning with the coming into being of the French Canadian press through the end of the nineteenth century. 1 Afterwards, in the early twentieth century, radio and sound recording became the privileged platforms of the song-as-object (l'objet-chanson) which, like the telegraph and other inventions, favoured the circulation of ideas. In this article, we juxtapose the development of radio International Journal of Canadian Studies /Revue internationale d'études canadiennes 39-40,2009
doi:10.7202/040823ar fatcat:7hpsvpj7vjdhvhr3n6ulqxk43q