Filters








1 Hit in 0.067 sec

Ramón Lanza García (éd.), Las instituciones económicas las finanzas públicas y el declive de España en la Edad moderna, Madrid, UAM ediciones, 2017, 380 p., ISBN 978-84-8344-605-8

Sébastien Malaprade
2019 Revue d'histoire moderne et contemporaine  
Distribution électronique Cairn.info pour Belin. © Belin. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord
more » ... sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -15/02/2020 01:38 -© Belin Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -15/02/2020 01:38 -© Belin HILARIO CASADO ALONSO, ANTONIO GARCÍA-BAQUERO (ÉD.), Comercio y hombres de negocios en Castilla y Europa en tiempos de Isabel la Católica, Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2007, 434 p., ISBN 978-84-96411-30-2 Comptes rendus Ce livre est l'édition soignée d'un colloque international réuni à Burgos en octobre 2004, dans le cadre du cinquième centenaire de la mort d'Isabelle la Catholique. C'est au premier abord une rencontre d'histoire économique, qui dresse le bilan de recherches récentes consacrées à l'époque du règne d'Isabelle (1474-1504). Si le livre fait la part belle à la Castille, plusieurs contributions s'intéressent à d'autres territoires des Rois catholiques, comme la couronne d'Aragon ou les premiers territoires américains découverts, ainsi qu'aux Pays-Bas, à l'Italie, au Portugal et à l'Angleterre. Les langues utilisées par les auteurs (italien, anglais et portugais) sont le reflet de cette diversité. Or il ne s'agit pas d'analyses locales juxtaposées. Les auteurs s'accordent pour observer entre les marchés des pays d'Europe occidentale une intégration croissante passant par le développement de réseaux de marchands qui, s'ils restent attachés à leur ville d'origine, n'hésitent pas à tisser des liens avec des places éloignées et à y envoyer leurs facteurs et leurs parents. Cette histoire a une dimension culturelle : plusieurs contributions mettent en avant l'évolution des techniques de gestion et de comptabilité des marchands, qui leur permet de maîtriser ce commerce lointain. À cet égard, on peut noter que cette histoire économique permet de dresser un portrait nouveau de l'Espagne du début du XVI e siècle. D'une part, le dernier quart du XV e siècle voit le début d'une intégration économique forte entre la Castille et l'Aragon. Celle-ci pourrait être un des facteurs expliquant que l'association politique entre les deux couronnes, qui se produit alors, ait pu fonctionner, même s'il n'entrait pas dans les projets des Rois catholiques de les réunir en une seule entité, et même si les facteurs politiques et dynastiques ont pesé d'un plus grand poids. D'autre part, dans le tableau de l'économie européenne qui se dégage de ce livre, l'Espagne n'apparaît pas comme une exception : elle connaît une expansion commerciale comparable à celle des autres pays d'Europe occidentale ; quant aux marchands castillans, ils font partie des mieux formés en Europe. Le « décrochage » économique s'est produit plus tard, et l'originalité espagnole relève pour cette époque-là du mythe historiographique. L'autre intérêt du livre réside dans le souci des auteurs de ne pas isoler les faits économiques des processus politiques et culturels. Les relations entre le monde des marchands et l'administration royale ou les gouvernements de villes sont étroites, puisque la monarchie dépend de leur crédit pour prélever ses impôts et les dépenser. Plusieurs contributions mettent en lumière le rôle complexe des autorités urbaines et étatiques, tant dans l'émergence d'institutions liées au commerce, tels le consulat de Burgos et la Casa de Contratación de Séville, que dans le développement d'un tissu de relations internationales plus dense. Ce livre confirme ainsi que la stratégie diplomatique des rois catholiques s'élabore à une échelle inégalée auparavant. Plusieurs auteurs ont voulu éviter une lecture simple de la politique menée par ces monarques, en s'efforçant de reconstruire leurs stratégies et leurs représentations, en prenant en considération leurs incertitudes et en tenant compte du fait qu'ils ont à négocier avec des pouvoirs concurrents et qu'ils l'assument. On soulignera ainsi l'intérêt de la dernière contribution du colloque, celle d'A. García-Baquero, qui montre que le
doi:10.3917/rhmc.664.0170 fatcat:qylaqqwnabffpe3sqvqbm5ndmi